Aller au menu | Aller au contenu

Une pratique ancrée dans l'histoire

Dans le département de l'Ain, la pêche en Dombes se pratique depuis le Moyen-Age. Moines et châtelains transformèrent de vastes zones marécageuses en étangs pour répondre à leurs besoins alimentaires. Ces étangs peu profonds ont permis la mise en place d'un type d'exploitation du sol original qui alternait les périodes de mise en eau propices pour la pêche (le poisson étant la seule source de protéine autorisée par l'Église les jours maigres) et les périodes de mise à sec pour les cultures céréalières. Pendant près de huit siècles, cette activité s'est organisée et perfectionnée, donnant naissance à des techniques complexes qui nécessitent une maîtrise du milieu et de ses contraintes.

Une pratique inscrite dans le présent

La pêche dans les étangs dure le temps d'une journée. Cet événement est attendu tant par les pêcheurs que par le public qui vient assister au déroulement de cette pratique. Le matin, les étangs sont vidés. Cette opération est réalisée à l'aide du thou, ouvrage en ciment muni d'une bonde permettant d'évacuer l'eau. Des hommes équipés de cirés et de cuissardes déploient leurs filets dans l'étang, puis les resserrent jusqu'à la pêcherie, le point le plus profond, afin d'y regrouper les poissons. Différents filets sont utilisés, chacun ayant une maille adaptée au type de poissons que les pêcheurs souhaitent attraper : carpes, brochets, gardons, etc. Une fois sortis de l'eau, les poissons sont déposés sur une table de tri appelée grouillière avant d'être transportés dans les cuves d'un camion-vivier. Leur destination finale est variable : vente au marché ou aux restaurateurs, exportation, repeuplement des étangs par les sociétés de pêche. Une fois l'opération terminée, le thou est refermé et l'étang est de nouveau rempli. Il est ensuite empoissonné avec des alevins d'espèces et de tailles différentes, puis à nouveau vidé l'année suivante pour la journée de pêche. Tous les trois ou quatre ans, l'étang reste sec pendant au moins une saison : cette période est nommée l'assec.

Une pratique qui se transmet

Si la transmission de ce savoir piscicole se fait traditionnellement dans un contexte amical et familial, des lycées professionnels de la région commencent à l'enseigner.

Cette pêche est aujourd'hui le moteur d'une activité économique locale importante, la Dombes figurant parmi les premières régions piscicoles en eau douce de France. Riche de ses « mille étangs », la Dombes offre également un cadre vert qui constitue un véritable atout touristique.

Pêche dans les Dombes

Poissons apportés aux camions viviers Villard-les-Dombes, Ain., Octobre 2012 ©FEMS/Olivier PASQUIERS

Pêche dans les Dombes

Triage le long de la grouillère Villard-les-Dombes, Ain. Octobre 2012 ©FEMS/Olivier PASQUIERS

Pêche dans les Dombes

Hommes travaillant en équipe Villard-les-Dombes, Ain. Octobre 2012 ©FEMS/Olivier PASQUIERS