Aller au menu | Aller au contenu

Traditions orales, chants, fêtes, danses, rituels, savoir-faire, recettes… Ces pratiques, héritées du passé mais encore bien vivantes, constituent ce que l’Unesco appelle le patrimoine culturel immatériel. En 2003, l’Unesco a adopté une convention afin de sauvegarder et promouvoir ce patrimoine si particulier. A l’heure des dix ans de sa ratification par la France, le musée départemental Albert-Kahn propose d’en montrer la richesse et la diversité.

Le patrimoine culturel immatériel s’incarne dans des pratiques évolutives, recréées en permanence par les communautés en fonction de leur milieu social, de leur environnement et de leur histoire. Le principe de la démarche photographique adoptée est donc de faire apparaître le rôle identitaire, économique, festif et social de la pratique, mais aussi les savoir-faire, savoir-être mis en jeu, leur transmission et leur apprentissage.

En filigrane, c’est bien une réflexion sur la modernité qui est menée ici. Il s’agit de sortir d’une vision folkloriste et promotionnelle pour montrer en quoi les traditions incarnent un patrimoine vivant, réactivé, complètement inscrit dans le contemporain.

Reflétant l’idée que les populations actuelles se font de leur passé, elles évoluent au fil des générations, régénérées par de nouveaux besoins, de nouveaux projets collectifs et de nouveaux imaginaires.

Cette exposition s’organise en deux temps.

Une première série d’images, fruit d’une commande passée par la Fédération des écomusées et musées de société (FEMS) et réalisée par Jean-Christophe Bardot et Olivier Pasquiers, montre comment les musées français ont interrogé cette notion de patrimoine culturel immatériel à la lumière de leurs propres collections.

Les autres reportages (Jeremy Jung, Nicola Lo Calzo, Roberto Salomone, Alain Volut) proposent des regards sur des traditions en dehors de la France métropolitaine, au cœur de territoires insulaires. L’île, topographie métaphorique d’un monde préservé, pourrait en effet apparaître comme un conservatoire idéal. Evidemment, il s’agit d’un leurre : ces traditions semblant héritées de temps immémoriaux, sont en réalité le fruit d’une farouche volonté de les rendre présentes.